Maman, je te comprends

On ne peut pas dire que j’ai eu une grossesse facile : contractions, malaises Ă  rĂ©pĂ©tition, chutes de tension, col raccourci super tĂŽt, alitement dĂšs mon 4e mois, ajoutĂ©s au confinement puis Ă  plusieurs semaines d’hospitalisation pour menace d’accouchement prĂ©maturĂ©, etc. Bref, un cocktail dĂ©tonnant !

A cause de tout ça, je ne me suis absolument pas Ă©panouie pendant ma grossesse. J’étais frustrĂ©e, triste, en colĂšre surtout aussi. J’ai clairement eu le sentiment qu’on m’avait volĂ© ma grossesse. Je n’ai pas pu voir ma famille, j’ai Ă©tĂ© enfermĂ©e, diminuĂ©e physiquement, mes proches ne m’ont quasiment pas vue enceinte, je n’ai pas eu ma gender reveal ou baby shower, ou encore mon shooting photo pour immortaliser cette pĂ©riode que j’attendais depuis mon adolescence alors oui, le sentiment majeur a Ă©tĂ© la colĂšre. Et oui, je sais, ce sont des choses bien futiles comparĂ©es Ă  la santĂ©, et surtout, au contexte sanitaire. Mais parfois, les choses futiles et « normales » font du bien. Et dans ce contexte complĂštement fou de pandĂ©mie mondiale, de la normalitĂ© j’en avais bien besoin. J’en ai voulu au monde entier, j’ai enviĂ© toutes les femmes enceintes que je voyais se promener tranquillement, faire les magasins, ou mĂȘme du bricolage pendant que moi, juste prendre une douche me provoquait un malaise, et une simple balade de 10 mins me provoquait d’énormes contractions qui avaient de lourdes consĂ©quences sur mon col.

La conclusion de tout ça, c’est que je n’ai pas rĂ©ussi Ă  crĂ©er de vĂ©ritable lien avec mon bĂ©bĂ©. J’ai beaucoup angoissĂ© Ă  ce sujet, Ă  me dire qu’il ressentait tout, et qu’il allait penser que je ne l’aimais pas. C’était tout l’inverse mais j’étais tellement focalisĂ©e sur le fait de devoir rester au lit, sur l’aspect physique, que j’en ai oubliĂ© l’émotionnel. Je me demandais ce que j’allais ressentir Ă  l’accouchement, si j’allais ĂȘtre Ă  la hauteur, et surtout, si ce fameux lien allait quand mĂȘme exister.

Puis est arrivĂ© ce mercredi 24 juin…

Hugo est arrivĂ© hyper rapidement, en moins de 7 heures, aprĂšs plus de 5 semaines Ă  essayer de le garder au chaud Ă  coup de perfusions pour stopper les contractions. Je n’ai absolument pas rĂ©alisĂ© quand la sage femme m’a dit « cette fois c’est la bonne, on vous monte en salle de naissance ». Quelle panique. J’ai Ă  peine eu le temps de rĂ©aliser oĂč j’étais qu’il Ă©tait lĂ …

Et Ă  plus de minuit, le voilĂ , si petit, dans cette immense couveuse, entourĂ© de fils, le masque sur le nez, perfusion sur sa petite main, sonde dans la bouche, pansement au pied droit et un autre fil Ă  son pied gauche. Et lĂ , j’ai compris. J’ai compris l’inquiĂ©tude permanente des mamans. J’ai compris ce sentiment d’impuissance, ce besoin qu’il aille bien avant mĂȘme de savoir si moi j’allais bien. J’ai compris cette sensation de dĂ©chirement quand j’ai vu la couveuse partir avec MON bĂ©bĂ©.

Ce mercredi 24 juin, Ă  22h16, j’ai attrapĂ© mon fils et je l’ai entendu crier de toutes ses forces. Quel soulagement aprĂšs avoir stressĂ© pour la formation de ses poumons, surtout Ă  34 semaines de grossesse ! A peine le temps de le regarder et de lui faire un bisou que j’ai entendu le fameux « Madame on l’emmĂšne Ă  cĂŽtĂ© ». Puis il a disparu dans les bras de la sage femme, pendant deux heures. Deux longues heures oĂč j’ai du attendre que mon chĂ©ri vienne me tenir au courant.

Crédit : Typhaine J. Photographie

Cette nuit-lĂ , la vie a pris tout son sens, ainsi que la phrase « tu comprendras quand tu seras maman toi aussi », si souvent prononcĂ©e par ma mĂšre quand je rĂąlais de ne pas avoir le droit de sortir ou bien lorsque j’étais malade. J’ai compris que j’allais dĂ©sormais m’inquiĂ©ter toute ma vie pour ce petit ĂȘtre pour l’instant si fragile, mais surtout, j’ai compris ce que voulait dire « aimer de tout de son ĂȘtre » et sans limite.

DĂ©sormais je peux le dire : maman, je te comprends.

3 réflexions sur “Maman, je te comprends

  1. helloootoday dit :

    Cette Ă©preuve n’a pas Ă©tĂ© facile pour toi et pour d’autres raisons, j’ai vĂ©cu une grossesse assez difficile et un bĂ©bĂ© grand prĂ©maturĂ©. Mais c’est ce qui a aussi crĂ©Ă© notre lien fusionnel et chaque jour, je suis heureuse d’ĂȘtre avec mon fils qui a aujourd’hui 7 ans et se porte trĂšs bien. FĂ©licitations pour ton petit Hugo et beaucoup de bonheur 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s